Retour aux articles

La vie en colocation

Tu emménages en colocation et tu te demandes comment ça se passe ? Je vais te raconter un peu de mon expérience.

  • Laure P.

    Laure P.

  • 28 juillet 2021
  • 3 min
La vie en colocation
Crédit photo : Zach Reiner sur Unsplash

La colocation et moi

J’ai trois ans de colocation à mon actif et j’adore ça. Je ne pourrais même pas m’imaginer vivre seule : ma coloc s’en va pendant trois jours et me voilà qui erre dans la maison à regarder par la fenêtre d’un air mélancolique.

J’ai grandi dans une famille de quatre enfants, je suis donc habituée depuis toujours à une agitation constante. En plus de ça, j’aime bien la compagnie des autres. C’est donc tout naturellement que, à mon départ de la maison familiale, j’ai décidé de vivre en colocation.

 

Ma première expérience de colocation s’est déroulée en Allemagne, aussi étonnant que ça puisse paraître. Je m’étais inscrite au programme d’assistanat d’échanges Azimut, mais c’est une autre histoire. Le soir de mon arrivée dans mon petit appart, après des heures de transport et pas du tout assez de sommeil dans le corps, j'étais très fatiguée et j’avais très faim. Ma nouvelle coloc, devant ma perdition d’expatriée décalée, a eu pitié de moi et m’a offert à manger. Je n’oublierai jamais ce salami allemand, dont il faut traduire l’étiquette par « salami pure dinde ».

Car oui, c’est souvent ça la colocation : vivre avec des gens qui peuvent te dépanner de temps en temps, même si c'est avec du salami outrageant. Plus tard, tu pourras les dépanner à ton tour.

C’est beau, l’entraide.

 

À mi-chemin entre l’amitié et la famille

Si tu choisis bien tes colocs, normalement, ce seront des gens qui vont se placer un peu à mi-chemin entre tes ami.e.s et ta famille. Ils ont ton âge ou à peu près, les soupers ressemblent à des repas entre ami.e.s, sauf qu'à la fin, personne ne rentre chez soi. Ils et elles sont toujours dans les parages et te voient en pyjama, avec tes cheveux du matin – c’est pour ça que c’est important d’habiter avec des gens qui te font sentir à l’aise et bien. Moi, un soir où j’avais abusé des bonnes choses, j’ai une coloc qui m’a vue rendre mon souper dans une bassine, et c’était même pas si gênant que ça.

 

Tolérance et communication

À mon avis, il y a deux caractéristiques essentielles à une bonne harmonie en colocation : aimer vivre avec des gens et avoir de la tolérance. Il y aura toujours des petites choses que ton ou ta coloc fera que tu aurais fait autrement, c’est normal ! Pour qu’il ou elle accepte, par exemple, ta mauvaise habitude de laisser traîner ta vaisselle sale cinq heures dans l’évier après avoir mangé, il faut que tu acceptes, par exemple, qu’il ou elle laisse traîner son sac dans l’entrée en rentrant de ses cours. 

Mais quand le souci dépasse les détails insignifiants, il faut absolument communiquer ! Dans la colocation comme dans la vie, il est bon de ne pas laisser grandir les problèmes et les frustrations. Il y a deux ans, lorsque j’ai emménagé dans une colocation composée de sept personnes, j’ai vite compris que la question du ménage devrait être abordée tôt ou tard. Ainsi, j’ai surmonté ma peur de déranger les autres et de m’afficher comme personne maniaque, ce que je ne suis pourtant pas, et j’ai mis au point un calendrier de ménage. Je n’ai pas du tout regretté ! Notre maison était, somme toute, assez propre, même si certains avaient tendance à oublier certaines tâches.

Chaque colocation doit trouver son fonctionnement : le tout c’est de communiquer et de s’entendre sur les questions importantes pour s’assurer qu’on est sur la même longueur d’ondes. Avec ma coloc actuelle, on n’a pas de calendrier, on nettoie quand ça nous chante – et ça nous chante assez souvent, ce qui est cool.

 

Plein d’anecdotes

Ce que je retiens d’abord de mes années de colocation, c’est toute une série d’anecdotes et de bons moments que je revisite parfois dans ma tête quand je m’ennuie. Ça me fait rigoler toute seule. 

Si tu emménages ces jours-ci dans une nouvelle colocation, ou même si tu es déjà dans la tienne depuis quelque temps, je te souhaite que ton expérience soit aussi amusante et enrichissante que la mienne, et je te conseille de profiter de chaque moment parce que ça passe vite.

Et d'ici la rentrée, oublie pas de dire à tes colocs de s'inscrire à Lexya eux aussi ! Comme ça, ils vont pouvoir acheter leurs livres de cours plus facilement à la rentrée et avoir accès à plein de rabais étudiants !

Bisous !

D'autres articles qui pourraient t'intéresser