Retour aux articles

Vanlife : été comme hiver

On les voit partout : Pinterest, Instagram, Facebook et cie. Les vans faites maison de type voyageur gagnent extrêmement en popularité ces dernières années. Encore plus depuis le confinement — le goût pour l’aventure semble s’être bien développé chez les Québécois pendant cette dure période.

  • Alex Gonthier

    Alex Gonthier

  • 23 novembre 2020
  • 3 min
Vanlife : été comme hiver
Crédit Photo : @_vangabonds

Tout juste avant le grand départ vers Tofino en Colombie-Britannique, Charlie Désilet et Nelson Marcoux — le couple derrière le compte Instagram Pirates on the road — sont dans leurs derniers préparatifs. Ils prennent tout de même quelques minutes pour me partager leur expérience liée à la « vanlife ».

Pour le jeune couple de Québec, accessibilité et liberté sont les mots d’ordre lorsqu’ils réfèrent à la vanlife. « On peut rendre notre habitat très pratico-pratique lorsqu’on construit une van, affirme Nelson. Par exemple, la première était faite en fonction de nos hivers froids et de notre passion pour la planche à neige. Celle que l’on bâtit actuellement est conçue pour le vélo de montagne. C’était très important pour nous d’avoir une place pour ranger les vélos. Nous avons donc construit une section à cet effet », poursuit-il.

Crédit Photo : @pirates.on.the.road
L’aspect discrétion est aussi à considérer. « C’est parfois plus simple de trouver des endroits où dormir », lance Charlie. Il faut toutefois rester vigilant et respectueux, rappelle la jeune entrepreneure. Elle renchérit sur le côté pratique de la vanlife. « Être capable de partir pour une longue période, avec nos animaux, je trouve ça génial. On a toutes les commodités nécessaires pour vivre et se déplacer à la fois », et ce, été comme hiver.

Après avoir surfé les vagues de Cox Bay, visité les villes de Tofino et de Jasper, parcouru les majestueuses routes de la Colombie-Britannique, le couple est maintenant de retour au bercail.

D'ailleurs, Charlie est co-fondatrice de la marque de vêtements Notice The Reckless que vous connaissez peut-être!


Crédit Photo : @pirates.on.the.road

Vangabonds : d’un rêve à une entreprise lucrative

Quant à eux, Laurie Brousseau et Jérôme Tremblay — de la compagnie Vangabonds — ont choisi de faire de la vanlife bien plus qu’un passe-temps. Si au départ ce n’était que pour le plaisir de voyager, maintenant il s’agit d’une entreprise lucrative. « Tout est parti de l’idée de faire un voyage en van après l’Université : faire du ski, du vélo, explorer la côte ouest; tout ça dans le même voyage », explique Jérôme.

Après avoir sillonné la côte ouest, c’est le retour à la vie normale pour le jeune couple d’entrepreneurs. Retour au travail pour Jérôme, retour en classe pour Laurie : le temps manque pour jouir du campervan. Le couple décide de le mettre en location. « Question d’en faire profiter à d’autres mordus de plein air, on a commencé à le louer sur Airbnb en 2019, affirme Laurie. Vu l’engouement que cela a pris, on s’est lancé dans la construction d’une deuxième », poursuit-elle.

 


Crédit Photo : @_vangabonds 

Le début de l’aventure Vangabonds

« Lorsqu’on a compris que l’intérêt des gens à louer nos vans était au rendez-vous, on a décidé de vraiment se lancer. C’est à ce moment qu’on a créé Vangabonds » explique Jérôme. C’est peu de temps après que le duo a donné le coup d’envoi pour la construction d’un troisième véhicule. En seulement un mois, elle était prête et prenait la route. Depuis, les trois fourgonnettes de la compagnie sont continuellement en location. Si pour certains, le confinement fut long et pénible, pour Laurie et Jérôme ce fut tout autre.

Utilisée dans les températures autant glaciales que tropicales, la « vanlife » continue de gagner en popularité et est un moyen de voyager assez économique.

Chose certaine, après avoir discuté avec ces jeunes adultes passionnés de voyage et d’aventures, je peux dire que 2021 accueillera définitivement mon premier « trip » de van life!

Par Alex G.

D'autres articles qui pourraient t'intéresser